Articles Les Aventures de la Smala Livre

La Smala : Quand Suprême convoque la Smala pour une réunion d’urgence et en profite pour annoncer le séminaire familial sur un sujet « délicat » – 1ère partie

Episode précédent : Quand la Smala découvre le prénom du fils de Bibi et que Jamie-hince-version-blonde annonce la couleur 2e partie !  

***

Suprême hurlait depuis cinq heures du matin suivi par Un, Trois, Cousin Edmond et Pétunia.

Le quatuor avait convoqué une réunion d’urgence absolue dès que Bibi avait quitté la pièce avec Edward et le père « potentiellement débile ». Évidemment, la réunion n’avait rien donné puisque Trois se mouchait dans la chemise de son « choubichou d’amour » et que Pétunia avait fait deux malaises.

Tante Dinde avait bien essayé de raisonner l’assemblée (« Voyons le bon côté, Jamie-hince-version-blonde ne demande pas le divorce, Bibi sourit tout le temps et ne râle plus et on voit plus souvent le beau Cinq-et-Demi ») mais Un lui avait indiqué qu’il fallait « laisser les adultes responsables prendre les décisions ad hoc ».

« Bibi a foutu la merde » Avait commenté Quatre à Deux qui se retenait d’aller consoler Jamie-hince-version-blonde depuis l’annonce du « bébé rosbif », surnom donné par Jolicœur.

Lord of the Rings avait, alors, expliqué aux « demeurés » que « bébé rosbif ou pas, c’est le gros bordel puisque Bibi était marié au blondinet et pas à Cinq-et-Demi ».

Suprême décida donc de convier (exiger) une nouvelle réunion (de guerre) et pointa un seul ordre du jour : « Doit-on dégager le rosbif perfide responsable de cette absurdité dans notre arbre généalogique ? ».

En effet Suprême avait compulsé pendant toute la nuit tous les livrets de famille, parchemins et autres compilations d’état civil disponibles dans la maisonnée pour arriver à une seule et unique conclusion : « Que des Français ! Pas de rosbif depuis 1218 et une traitresse du côté de la branche du cousin au 4e degré de GAT ! ».

Trois avait beau lui expliquer que « techniquement » la nationalité française était un concept galvaudé puis « les régions, territoires etc. n’étaient pas la France actuelle, aux différentes époques », Suprême s’accrochait à sa carte de France (et accessoirement à celle d’identité) pour invoquer la trahison de Bibi. Lord of the Rings, appelé à la rescousse par Trois qui ne comprenait absolument rien à la géographie du 13e et 14e siècle, avait retracé l’histoire de la France depuis Hugues Capet (987-996) et l’aménagement du territoire à la Smala, hormis Suprême qui était noyé dans les archives, Bibi qui allaitait Edward, Jamie-hince-version-blonde qui tenait la couche et Jolicœur qui dormait (encore).

Bien conscient qu’il avait perdu Quatre, Deux et Flower dans les explications, Lord of the Rings conclut sa présentation par un tonitruant : « Donc, le terme français ne pouvait pas s’appliquer à ¾ de notre lignée avant la création du royaume de France… ».

Un protesta (« mais on est français ou pas ? »), Power râla (« Si Gollum le dit, c’est que c’est vrai, pardon, chéri, mais bon… ») et Cousin Edmond confirma (« Avec les zigotos que l’on se trimballe depuis la nuit des temps, notre sang ne soit pas être très bleu-blanc-rouge, mes pauvres amis ! »).

C’est à ce moment précis que Suprême décida d’entrer dans le salon en tenant un parchemin au-dessus de son crâne (d’œuf) en gueulant :

« C’est la fin des haricots ! On a du sang rosbif dans les gênes ! La faute à cette femme, maudite donzelle ! »

Un s’affala dans son fauteuil sous l’œil humide de Pétunia qui commençait à entrevoir le dilemme : la Smala allait-elle intronisé, de nouveau, Cinq-et-Demi comme « apparenté » ?

Alertée par les hurlements (hululements aussi) de Trois, Flower et Cousine Aglaé (qui revisitait l’Histoire à grands coups de Google) et les couinements de Quatre (qui ne voulait pas « finir sur le bûcher »), Bibi entra avec Edward dans les bras, suivie, comme il se devait par… Jolicœur, tiré de sa sieste et à la recherche d’une rondelle de saucisson !

***

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *