Articles Livre

« Secrets » de Marcel Beyer (Éditions Métailié)

Livre envoyé gracieusement par les Éditions Métailié

Le résumé de l’éditeur :

Dans cette famille « silencieuse et dispersée » il manque pas mal de pièces. Carl, Nora, Paulina et leur cousin, le narrateur, n’ont jamais connu leurs grands-parents. Tandis que d’autres découvrent le passé dans les albums de famille, les quatre adolescents ne tombent que sur des photos découpées, des non-dits, des mensonges.

Ce qui est soigneusement tenu secret dans la famille, et que les parents ne veulent surtout pas connaître, c’est l’histoire du grand-père pendant le Troisième Reich, qui abandonne sa fiancée pour s’engager dans la légion Condor et bombarder Guernica. Qui est cette « vieille », avec qui il s’est remarié et qui fait tout pour effacer son passé ? Et qu’est donc devenue cette grand-mère soprano aux beaux yeux italiens ?

Sur les collines de la ville, où flottent de mystérieuses spores, le jeu innocent tourne à l’obsession et finit par éloigner le narrateur de ses cousins. Fiction et réalité se mélangent, peut-être qu’il vaudrait mieux tout oublier. Mais comment oublier ce qu’on ne connaît pas ?

« Un des meilleurs romanciers européens du moment. » New York Times

Le contexte de lecture :

Que dire de plus ? que  le thème me sied au teint (et à la lecture) ?

Je ne vais pas vous rappeler mon grand intérêt pour cette période d’Histoire et notamment en Allemagne.

J’avais lu le communiqué de presse et j’ai trouvé que cette approche devait être parfaitement intéressante… pour moi !

Merci donc aux Éditions Métailié pour ce (nouvel) SP !

 Le corps du roman :

Dès le début du roman, on sent bien que l’auteur nous emmène sur un secret liant tous les protagonistes. Car malgré que le narrateur s’élève, c’est toute sa famille qui rôde ici ou là.

Marcel Beyer évoque le sujet, toujours sensible, du  rôle des grands-parents (ou parents) sous le IIIe Reich.

Le sujet, ici traité avec sensibilité, est le culte du secret, quel qu’il soit. La vérité se cache, approche doucement, par un album photo, par un souvenir, mais surtout par une forme de regards communs aux quatre cousins.

Ces yeux « italiens » sont la marque de fabrique de ces petits-enfants ; Carl, Nora, Paulina et le narrateur n’ont jamais connu leurs grands-parents. Lorsqu’il déniche cet album photo mettant en scène ce jeune homme en costume de ville ou uniforme, ils reconnaissent ce grand-père qu’ils ne voient jamais, à cause de la « vieille », sa seconde épouse.

Le silence imposé dans cette famille est d’autant plus lourd que l’on ressent le malaise, on comprend que cela va éloigner les cousins, pourtant si solidaires, et que l’obsession sur le passé de ce grand-père nous titille autant qu’eux.

Car quand tout un pan du passé, de l’Histoire d’un pays et d’une famille, s’efface volontairement pour essayer d’oublier des actes impossibles à affronter, les générations suivantes en paient le prix.

De photos déchirées ou tronquées en pièces d’un puzzle manquantes, personne ne veut reconstituer ou évoquer l’absente, le moment, le lieu.

Ce roman choral demande une attention spéciale, plus spécifique, car l’auteur soulève un coin du rideau sur les non-dits, les secrets destructeurs qui ont hanté toute une génération d’après-guerre, élevée dans le silence, et la suivante (la mienne) qui a cherché et cherche à recoller les photos, à comprendre, à ne pas avoir honte.

Et, donc, Lisa ?

L’écriture délicate de Marcel Beyer nous ouvre l’histoire d’une vie, d’une famille à travers son secret et sa souffrance sur la génération qui ignore jusqu’au nom de sa grand-mère, la femme rayée des albums familiaux, de la parole, de la mémoire.

La puissance du récit permet au lecteur d’imaginer tout.

Pourtant, si vous êtes habitué(e) à une écriture plus contemporaine, plus à l’américaine, la construction et la façon de conter de Marcel Beyer, très classique, très allemande, va sûrement vous décontenancer.

De prime abord, la reconstitution racontée sous différentes perspectives, agrémentée de flash-back sur de longues périodes, laisse une impression de flou, d’interrogations, de suppositions que les cousins sont les premiers à alimenter.

Néanmoins ce tourbillon dans la narration conforte la confusion qui a régné dans les générations allemandes après-guerre à propos des actions de leurs aïeux lors dudit conflit et pose le problème du poids de la mémoire, de l’héritage émotionnel, et l’impossibilité de se construire réellement avec un secret.

Remuer le passé est douloureux et les cousins héritent de cette mission délicate.

Je sais que certains lecteurs seront, malgré le thème très intéressant, découragés par ces alternatives versions s’enchaînant sans de schéma précis.

Pour ma part, j’ai immédiatement adhéré car ce thème m’a toujours passionné et a des répercussions avec mes propres ouvrages du triptyque et j’ai aimé ma lecture et apprécié les mots puissants de Marcel Beyer !

***

Titre Secrets

Éditions Métailié

Parution : 13 septembre 2018

ISBN : 9791022608060

Nombres de pages : 280

Prix (à la sortie) : 21€

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *