Articles Livre

« Requiem » de Tony Cavanaugh (Editions Sonatine)

Livre envoyé gracieusement par les Éditions Sonatine.

Le résumé de l’éditeur :

Quelques mots prononcés dans la panique au téléphone :  » Darian, il faut que tu viennes. Tu es le seul à pouvoir nous aider. Il y a tant de corps !  » … puis plus rien. L’appel vient d’Ida, une jeune fille que Darian Richards, ex-flic des homicides de Melbourne, a sauvé quelques mois plus tôt d’une sale affaire. Si Richards a décidé d’abandonner un métier trop éprouvant pour ceux qui, comme lui, prennent les choses trop à cœur, il ne peut pas laisser Ida sans réponse. Son appel de détresse ayant été localisé, Darian gagne la Gold Coast, région des plages d’Australie, où les étudiants se retrouvent pour fêter la fin de leurs examens. Il est alors loin de se douter que la disparition d’Ida n’est presque qu’un détail dans une enquête qui va bientôt se transformer en véritable cauchemar.

On a beaucoup comparé Tony Cavanaugh à Michael Connelly, on compare maintenant de jeunes auteurs à Tony Cavanaugh. Avec ce thriller encore plus sombre que ses précédents, l’auteur de L’Affaire Isobel Vine et de La Promesse confirme tout son talent et sa place de maître absolu du genre.

Le contexte de lecture :

Requiem m’a été proposé et j’ai sauté sur l’occasion !

Comment avec un résumé pareil et mon goût pour les thrillers, aurais-je pu refuser ?

Je ne le regrette absolument pas ! 

Le corps du roman :

Dès les premières pages, vous êtes happé(e)s ! Croyez-moi sur paroles, une fois entamé, vous ne lâcherez pas ce livre !

L’histoire démarre sur les chapeaux de roue et va de surprises en surprises.

L’ex-policier Darian Richards s’engouffre dans cette affaire pour retrouver l’autrichienne Ida ; cette fille sauvée un an auparavant.

Un simple appel sur un portable, gardé dans une boîte, réveille le flic à la retraite, et le propulse sur les routes australiennes, directement sur la Gold Coast, en pleine débauche des étudiants australiens (schoolies) en pleine fiesta post-diplômes !

L’ambiance sent le soleil, la bière, le sexe, l’huile de moto, les marécages mais aussi la mort.

Tony Cavanaugh ne nous ménage pas ; l’écriture est fluide, alerte, percutante, et tout est rondement mené.

A tout moment, on est surpris agréablement et le fait que certains chapitres et/ou apartés apparaissent pour évoquer la personne à la base de certains meurtres, ne fait que renforcer l’envie de tourner la page ; encore et encore !

Près de 400 pages, sans m’ennuyer, sans avoir un seul doute, ou revenir en arrière pour comprendre un rebondissement, c’est un vrai plaisir !

Souvent, dans les thrillers ou dans les policiers, on peut se poser des questions, patauger ou ne pas tout comprendre, là, tout est brillamment écrit, envoûtant et même au plus glauque (je le vous l’assure, accrochez votre cœur !), vous n’aimez jamais rien que plus que lire, lire, lire !

La double perspective qui s’alterne entre celui qui enquête et la personne responsable des disparitions des jeunes filles, est particulièrement agréable et bien dosée.

L’écriture, je le répète !, est fluide, percutante, crue parfois, choquante et rythmée, avec des descriptions et informations sur ce vaste pays et la mentalité.

Et, donc, Lisa ?

Comment formuler cela ?

J’ai littéralement adoré ce thriller, sombre, talentueux qui vous happe et vous hante !

Bien sûr l’ex-flic Darian Richards intrigue autant qu’il fascine par sa propension à n’en faire qu’à sa tête, soutenu en cela par un geek suffisant mais excellent, une ex-collègue attirante mais non accessible et des filles qui disparaissent et sont retrouvées massacrées.

On suit non seulement ses traces lors de cette enquête mais également son pendant manipulateur et particulièrement étonnant.

Je n’ai aucune envie de dévoiler l’identité du « vrai méchant » de service (même si on peut mettre le pluriel à ce mot) car cela serait tellement dommage !

J’ai dû relire deux fois la phrase pour être sûre et me dit « ah, ouais, merdus ! ».

Voilà ce que j’aime dans les thrillers : une histoire tordue mais surprenante, des personnages sombrement lumineux ou complètement barrés, et des rebondissements auxquels on ne s’attend pas (ou quasiment)…

Dans le cas présent, l’alternance de points de vue est particulièrement attrayante et ne fait que renforcer l’ambiance glauque, à la fois sensuel (malgré l’enquête) et angoissante. C’est vraiment le point fort de ce thriller…

Le talent de Cavanaugh est là, bien présent et semble-t-il avec l’ajout d’un côté plus sombre cette fois.

Quelle belle découverte d’auteur ! Merci Sonatine et merci à Tony Cavanaugh de ses belles pages de lecture !

***

Titre Requiem

Éditions Sonatine

Parution : 14 février 2019

ISBN : 978-2-35584-719-6

Nombres de pages : 384

Prix (à la sortie) : 21 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *