Évidemment, comme tous mes romans, Liverpool Connexion bénéficie de son univers propre…

Sa bande-son, ses références, ses petits arcanes, et ses secrets…

Sans dévoiler l’intrigue, l’histoire et la fin (surtout pas !), voici quelques informations sur Liverpool Connexion qui pourront vous donner l’envie en savoir plus….

Le dossier de presse complet et les articles.

Outre le lancement officiel, à Paris, avec deux autres auteurs maison, et les séances de dédicaces, il y a aussi les déplacements dans les salons du livre où il est toujours bon de rire entre collèges, à défaut de pouvoir comprendre l’intérêt d’un emplacement sous un platane par « grand vent »…

Et puis, nous avons eu l’occasion d’être interviewés par France Inter pour l’émission « Un Temps de Pauchon« …

Les articles et interviews radio sont à retrouver sur l’onglet PRESSE.

Au micro, avant de le prendre quelques années plus tard sur Liberté FM !

 

Quand il fait « frais » en plein juin, et que le vent rend caduque toute tentative d’un brushing « parfait »… Le chemin de croix des auteurs en plein air !

 

La bande-son.

Comme à chaque roman, la bande-son est très importante dans ma rédaction.

Elle aide les personnages sur leurs parcours, leurs prises de décision (y compris dans celle de m’obliger à bifurquer quand je ne le veux pas !).

C’est aussi le reflet de l’état d’esprit d’un personnage, d’une envie cachée, une prochaine décision, d’un non-dit, ou tout simplement, marquer l’ambiance de la scène.

Les références.

Il y en a beaucoup trop mais je vous propose d’évoquer cela sur un podcast ou d’écouter les interviews radio faites pour la sortie de Liverpool Connexion pour en savoir plus.

D’ailleurs, ce mot posé sur mon roman dans une bibliothèque en dit plus que tous mes mots :

Les personnages emblématiques.

Disons qu’à la base, c’est le personnage de Dimitri qui est arrivé dans ma tête, puis le nom de Gaëlle s’est incrusté pour en faire la femme de tête qu’elle est…

D’ailleurs, pour vous donner une idée, à l’issue de ma rédaction, j’ai organisé un casting pour Gaëlle et Dimitri…

En 2005, voici les deux acteurs qui auraient été parfaits :

Katherine Moening

Paul Bettany

Les détails.

Inévitablement, j’ai dédié ce roman – le premier édité mais pas le premier écrit – à Blur, mes merveilles d’amies et à ma grand-mère maternelle. Personne n’aurait pu atterrir sur cette page car les « trois » -si je réduis mes merveilles à un être unique – m’ont soutenue durant mes longues heures d’écriture qui ont duré trois mois à raison de trois heures par soir (tard, très tard).

Pour les remerciements, ils sont particulièrement personnels, regroupant également les gens qui m’inspirent et dont j’apprécie grandement le travail et les valeurs ; Avec un appel du pied à deux réalisateurs (Oliver Stone & Terry Gilliam) !

Les arcanes.

Voici les deux couvertures auxquelles vous avez échappé !

Merci donc à Meilleure Amie et Ô Agent pour avoir hurlé à mort sur le fait que mon nom devait apparaître en jaune… J’ai donc choisi le plus discret ! Merci !

Vous noterez la date de fin d’écriture du roman : 2005 !

En sus…

Ah, oui, il existe un #TEAMDIMITRI qui rassemble toutes les lectrices (et un lecteur) qui sont « raide dingue(s) » du second du Colonel !

En pendant ce temps, je continuais ma collection !

****